Voyage à Svalbard

Published by Flysafe on

Et quel voyage !!

Tout a commencé vers 21h, comme d’habitude, je prépare ma valise et mes affaires pour aller voler, en vérifiant 10 000 fois que je n’ai rien oublié. Aujourd’hui ce n’est pas n’importe quel vol, c’est un vol à Svalbard !!!

Svalbard, c’est tout simplement aller à 78° Nord, ce qui en fait l’aéroport civil le plus au nord au monde, des températures évidemment glaciales, des paysages grandioses et des Ours polaires partout !

En arrivant à la crew room, tout est calme, un magnifique coucher de soleil est visible.

Aujourd’hui ça sera un “vol de nuit”, pour le moins au départ d’Oslo, car là-haut le soleil ne se couche pas et bien que nous prévoyons d’arriver vers 02:30 heure locale, il fera jour.

Ce type de vol nécessite des précautions particulières, outre le fait qu’il fasse froid et que la piste peut être enneigé, l’isolement de ces destinations nous oblige à prendre en considération des aéroports de déroutement très éloignés, pour nous ça sera “Tromso”, un aéroport à seulement 69° nord, la météo est suffisante bien que pas idéale, un peu de vent et des averses de neige sont prévu. Si on doit remettre les gazs à Svalbard ça sera donc 1 h 30 de vol pour rejoindre Tromso… Briefing à l’équipage, l’avion fonctionne parfaitement, let’s go !

On roule de nuit et nous voilà donc parti pour 3 heures de vol, décollage par une nuit fraîche à 22 h 50.

Petit coup d’œil sur la route :

le vol se passe bien, on traverse la côte et on part pour le grand nord, autant dire que on n’a pas envie de faire un amerrissage ici, la température de l’eau doit avoisiner les 7-8 degrée, bien que nous ayons des canots de sauvetage à bord cette idée me parait très déplaisante à ce moment là.

On vérifie une nouvelle fois la météo à destination et à nos aéroports de dégagements, tout va bien, on continue. Les performances de l’avion nous permettent d’atterrir avec une marge de 650 mètres, et même avec de la neige par une température de -8°, on se posera sans problème.

Plus on s’avance vers le nord, plus le ciel s’éclaircit, les étoiles disparaissent peu à peu et nous voilà en train d’admirer un lever de soleil grâce à la magie de la technologie, l’homme peut voir un coucher de soleil et un lever de soleil en l’espace de 2 heures de temps…

Il fait maintenant grand jour, l’heure locale est de 00 h 30, mais j’ai tout de même sorti les lunettes de soleil ! On commence le briefing d’arrivée, la météo est clémente, on a même économisé du carburant en choisissant un niveau de vol intéressant, le vent nous a poussé un peu plus que prévu.

L’aéroport dispose d’un système d’atterissage de précision d’un côté et d’une approche GPS de l’autre, c’est très montagneux et l’altitude de sécurité est élevé, nous parlons donc de cela en soulignant lors du briefing les “menaces” potentielles que l’on pourra rencontrer.

La particularité est que nous n’avons pas le droit à l’erreur, cet aéroport étant tellement isolé, nous faisons une approche, car si on doit remettre les gazs, on devra prendre un cap vers Tromso. Nos réserves de carburant étant limité…

Une fois le briefing complété, petit PA (public announcement) aux passagers pour leur indiquer les bonnes nouvelles, à l’heure et beau temps !!

Checklist de descente et on se concentre pour l’approche, petit voile nuageux et lorsque l’on passe les 32 000 pieds, il est 01 h 30 du matin et voilà le paysage…

GRANDIOSE !!

J’essaye de voir des Ours polaires, mais ces glaciers et ces Icebergs me font rester bouche bée, nous arrivons sur ce territoire ou 2000 personnes survivent face à la nature sauvage, ici la nature a toute sa place la ville de plus de 2000 habitants se situe à plus d’un millier de kilomètres, nous voilà seuls !

Pas trop le temps de philosopher, on rentre dans des nuages glacés, on allume la protection anti- givrage des moteurs et des ailes, on compare notre position afin de rester au-dessus de l’altitude minimale de secteur, dans les nuages on ne voit rien toute notre navigation s’effectue donc aux instruments.

A environ 2000 pieds, soit 600 mètres d’altitude, nous voyons l’aéroport, la piste semble sèche, entouré de montagnes enneigées, la température étant plus faible que prévu nous augmentons le niveau d’auto-freinage afin d’augmenter nos marges de sécurité. Je déconnecte le pilote automatique, je sais que je n’ai droit qu’à un seul essai, sinon nos passagers dormiront à Tromso…

50, 40, 30, 10 !! Touchdown !

L’avion ralenti comme prévu, pas d’ours polaire sur la piste, juste quelques oies sauvages, nous voyons au loin un semblant de civilisation avec une cheminée et un bateau, en effet même à 78 degree nord l’Homme est présent, au milieu de montagnes enneigés nous voilà à Svalbard !


0 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :